Partager

COMPTOIR HOTELS
Publié le 27 novembre 2018
COMPTOIR HOTELS
Publié le 27 novembre 2018

Un établissement horeca peut très bien être performant en dehors des sentiers battus…

La recette imparable pour ce faire : être, comme on dit, "à destination"!

Jusqu’il y a… pas si longtemps, pour qu’un établissement horeca fonctionne et, sous-entendu, soit rentable, il fallait nécessairement que sa situation géographique - sa localisation ! - le permette. Chez nous, on a d’ailleurs coutume de prétendre que si la région, la ville ou l’endroit n’offre pas quelque attractivité, aucun touriste, aucun voyageur ne trouvera de raison valable d’y venir, d’y séjourner, de s’y arrêter. Oui, peutêtre… Quoique ! Ainsi, comme aurait pu répondre un certain Cyrano de Bergerac, lui-même issu du milieu de nulle part, « C’est un peu court… jeune homme ! ». En effet, chacun a des exemples en tête de réussites qui ne sont pas liées à une réalité comme celle évoquée… 

Et si, pour réussir et s’imposer, n’importe quel établissement se différenciait en s’appropriant une autre réalité nommée ‘destination’ ! En d’autres mots, et si c’était l’établissement lui-même qui créait cette fameuse attractivité… Concrètement, les clients - touristes ou visiteurs quelconques - viendraient en fait sur place pour d’autres raisons que le positionnement géographique, l’expérience proposée devenant au fond le maîtremot de la démarche.

Littérature toute !

En France, certains établissements ont cherché à se différencier de ce qui se faisait en proposant justement des prestations susceptibles de leur amener de la clientèle venant spécialement pour ces dernières. Ce fut le cas avec l’ouverture en 2013, à Paris, de l’hôtel littéraire Le Swann, un établissement dédié à Marcel Proust ; puis encore en 2015, à Rouen, avec un deuxième hôtel du genre, consacré cette fois à Gustave Flaubert. En 2016, à Clermont-Ferrand, ce fut au tour d’Alexandre Vialatte de voir son nom associé à un hôtel littéraire, avant que Marcel Aymé ne soit lui aussi tout récemment au coeur du concept.

Sur les traces d’un auteur…

Le 29 mars dernier, date anniversaire de la naissance de l’écrivain, cet Hôtel littéraire Marcel Aymé a donc été ouvert pour la plus grande joie des amoureux de cet auteur prolifique qui a entre autres écrit Les Contes du Chat perché, La traversée de Paris ou le Passemuraille. Situé à Montmartre, quartier cher à l’écrivain qui y vécut une grande partie de sa vie et dont il fut une figure emblématique, cet établissement de 39 chambres offre à ses hôtes un décor unique qui les fait plonger dans l’univers de Marcel Aymé, grâce à des éditions originales, des manuscrits, des affiches de films ou de théâtre, des oeuvres d’art contemporain, une bibliothèque multilingue de plus de 500 livres. Original, non ? 

Effet waouh !

Mais l’établissement de destination peut aussi prendre d’autres visages, moins littéraires… et plus fantasmagoriques ou hors des sentiers battus. Un hôtel du genre peut par exemple vous proposer de dormir sous l’eau, entouré des immensités noires de l’océan, au milieu des raies et des requins. C’est la proposition du Manta Resort©, qui propose lui des bungalows répartis sur trois niveaux, dont un situé sous l'eau (la chambre). Du lit, le spectacle offre donc d’observer le ballet des créatures marines. En l’occurrence, l’hôtel est un système de logement flottant conçu par des ingénieurs suédois.

Se faire peur…

Bon, il semble quand même que la clientèle soit souvent effrayée à l'idée de passer une nuit au milieu de la mer, Entreprendre aujourd’hui N°198 - Novembre 2018 - 43 d’autant qu’une fois le soleil couché les prédateurs qui se cachent dans les profondeurs remontent pour chasser, rendant les nuits plutôt mouvementées… C’est pourquoi certains envisagent ces établissements à destination sous d’autres formes, moins excentriques bien que toujours non conventionnelles. Ici, les propriétaires ont tout misé sur une passion pour l’automobile, là-bas c’est l’aviation, ailleurs encore le design a été choisi comme thématique, ou les arts, le jeu, le théâtre…

Vivre ailleurs et en d’autres temps

C’est le cas encore, en Vendée, au Puy du Fou, à deux pas d’un des plus beaux parcs d’attraction d’Europe. D’une part, la visite du parc nécessite clairement plus qu’une journée, mais au coeur du parc il est aussi, d’autre part, possible de prolonger l’expérience des temps passés en séjournant, par exemple, au Logis de Lescure, dans une atmosphère calme et charmante de jadis. Là, plongé dans l’histoire, le touriste en villégiature franchit la herse pour entrer au coeur d’une citadelle du Moyen-Age et dormir derrière les remparts, sous la protection des chevaliers du Puy du Fou. Et s’il est plutôt attiré par l’époque mérovingienne, il peut alors choisir un hôtel posé à la surface de l’eau et construit sur pilotis. Pour l’histoire romaine, une villa gallo-romaine propose une centaine de chambres. Et puis, il y a aussi l’époque Renaissance, qui offre de vivre un séjour royal, dans une ‘logerie’ de François 1er. 

Un concept qu’on adopte totalement ou partiellement…

Etonnants, non, ces établissements à destination, comme ces restaurants à thèmes, ces chambres d’hôtes dans des yourtes, des cabanes ou des roulottes. Etonnant, oui, mais il semble qu’il y ait une demande… ou, en tout cas, une clientèle. Certains ont même choisi de faire partiellement confiance au concept, en ne consacrant qu’une partie de l’établissement à cette fameuse destination, ou en optant pour des périodes à thème précisément réservées au calendrier. À New-York, le Gregory Hotel propose ainsi une chambre « Stranger things », tirée de la fameuse série et pour laquelle le délai de réservation est de quelques mois ! Et pourquoi pas ? Pourquoi pas vous, pourquoi pas ici ?

Plus d'infos?

Publiés récemment

Espace membre Contactez-nous
Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge asbl – TVA : 0413204756 - Conditions d’utilisation et protection des données personnelles | 2015 - Webmade | Mise à jour : CCILB