Vous achetez/vendez au Royaume-Uni ou en Irlande… Avez-vous (déjà) évalué les conséquences financières - et organisationnelles - du Brexit pour votre entreprise? | CCI Luxembourg Belge

Partager

INTERNATIONAL, EXPORT
Publié le 10 août 2018
INTERNATIONAL, EXPORT
Publié le 10 août 2018

Vous achetez/vendez au Royaume-Uni ou en Irlande… Avez-vous (déjà) évalué les conséquences financières - et organisationnelles - du Brexit pour votre entreprise?

Un an après le choix des citoyens britanniques quant à leur destinée économique et politique au dehors de l’Europe - pour rappel, ils ont opté à une courte majorité pour sortir de l’Union en 2017 - le Brexit semble tout doucement se dessiner pour la « perfide Albion »… même si les contours du dessin en question restent encore plus que flous. 

Il semble d’ailleurs que les médias enjolivent ou adoucissent la situation, en présentant notamment comme quasi acquise la période de transition durant laquelle les entreprises, de part et d’autre de la Manche, pourraient encore fonctionner comme aujourd’hui, c’est-à-dire sans formalités douanières.

2019 ou 2021!

La réalité sera donc peut-être rose… ou noire ! D’un point de vue économique, toute la problématique est évidemment de savoir ce qu’il adviendra, demain, du nouveau statut pour les entreprises. Et en l’espèce, malheureusement, les choses ne seront sans doute pas aussi simples que certains semblent l’imaginer. Il se pourrait ainsi fort bien que, dès le mois d’avril 2019, acquérir ou envoyer des marchandises au Royaume-Uni nécessite des formalités douanières en bonne et due forme. Ou pas !

Formalités douanières, il y aura bien!

Et de toute façon, quand bien même cet automne (ou cet hiver), UE et RU s’accorderaient sur une période de transition, il ne fait par contre aucun doute qu’au plus tard le 1er janvier 2021, formalités douanières il y aura bien ! Alors oui, un accord de libre-échange sera peut-être négocié d’ici là. Mais peut-être pas… Donc, les entreprises doivent absolument se préparer et anticiper les différents cas de figure. D’autant que, derrière les belles paroles et les espoirs de séparation à l’amiable, il semble qu’il y ait aussi de nombreux partisans d’un Brexit dur !

EORI, REX, AEO!

Pour les entreprises déjà actives à l’exportation (hors UE), cela ne changera pas grand-chose (si ce n’est des retards, peut-être, dans les processus logistiques), elles ont non seulement déjà l’habitude, mais elles ont surtout leur numéro EORI, éventuellement leur enregistrement REX, voire carrément leur agrément AEO… Par contre, pour les PME qui travaillent essentiellement en intra-communautaire, sans formalités douanières donc, il y a forcément lieu de se préparer à cette évidence inéluctable, même si la date peut varier.

L’Administration des douanes

Qu’on se le dise et se le répète, au 1er janvier 2021 au plus tard (voire peut-être déjà au 1er avril 2019, s’il n’y a pas de période transitoire), le Royaume-Uni sera hors UE. Et donc, les exportateurs devront disposer d’un numéro EORI, réaliser des formalités à l’exportation, être enregistrés REX si un accord de libre-échange est négocié… En tout cas, ce qui ne fait quasi aucun doute, c’est que les expéditions et les acquisitions outre-Manche prendront plus de temps. Bref, il ne faudra pas s’y prendre à la dernière minute ! Et il faudra vérifier ses informations auprès de sources sûres, comme l’Administration des douanes, qui a d’ailleurs dédié une page de son site au Brexit.

Plus d'infos? 

Site de la Commission européenne - négociations sur le Brexit 

Publiés récemment

Espace membre Contactez-nous
2015 - Webmade | Mise à jour : CCILB