Partager

BON A SAVOIR
Publié le 23 janvier 2023
BON A SAVOIR
Publié le 23 janvier 2023

Eolien

Nouveau souffle pour le secteur en Wallonie…

L’augmentation de la production d’énergies renouvelables en Wallonie est une nécessité pour réduire notre dépendance aux énergies fossiles importées, lutter contre la hausse des prix de l’énergie et contre le réchauffement climatique. Une étape décisive vient en tout cas d’être franchie pour le développement de l’éolien wallon…

Le Gouvernement s’est en effet accordé sur une nouvelle Pax Eolienica destinée à répondre aux besoins du secteur tout en tenant compte des communes et des riverains et en préservant la biodiversité.

Produire plus…

L’objectif de production de la filière pour 2030 est rehaussé afin d’atteindre une production annuelle de l’ordre de 6.200 GWh. Quant au cadre de référence, qui datait pour rappel de 2013, il sera revu pour mieux correspondre aux technologies actuelles, plus performantes. Notons aussi, par ailleurs, que les promoteurs auront dorénavant l’obligation de permettre la participation des citoyens et des communes dans les projets (jusqu’à 25 % pour chacune des 2 parties).

Pax Eolienica : kesako ?

On soulignera que la Pax Eolienica est une initiative née sous la précédente législature, elle découlait d’une volonté d’apaisement entre les différentes parties concernées (d’où son nom). Concrètement, elle consistait en une série de mesures dont de nombreuses restaient à implémenter. La nouvelle version de cette Pax compte 17 mesures, dont la révision du cadre de référence.

La Wallonie doit avancer !

On sait que la Wallonie souffre d’un retard technologique général au niveau de sa flotte d’éoliennes (notamment parlant de hauteur de mâts) et ne peut donc pas tirer parti des augmentations de puissance actuellement disponibles sur le marché, permettant une meilleure rentabilité de l’énergie produite. Le cadre de référence sera simplifié et mis à jour.

Intérêt public supérieur

On y précisera que le développement des énergies renouvelables constitue un « intérêt public supérieur » et l’indépendance énergétique un « objectif d’intérêt général ». Cela passera par l’adaptation de la distance des mâts à l’habitat, en tenant compte de l’arrêté portant les conditions sectorielles (distance minimale entre le mât d’une éolienne et la zone d’habitat fixée à 500 mètres auxquels est ajoutée la moitié de la hauteur de l’éolienne (mât + pale) et distance fixe (de 400 m) à respecter par rapport à une habitation isolée (hors zone d’habitat), sans compter l’obligation de moduler l’obligation d’installer un nombre minimal de 5 mâts.

Participation obligatoire de citoyens et de communes aux projets…

Un prérequis important pour que la transition énergétique soit réellement inclusive est de s’ouvrir aux communes et aux citoyens. Cette adhésion est déjà susceptible de diminuer le nombre de recours. L’objectif est d’ouvrir le capital nécessaire à la participation citoyenne et communale, à hauteur de 24,99 % pour chacun des deux groupes. Actuellement, 4 % seulement du parc éolien wallon appartiennent aux citoyens, 7 % aux intercommunales et seulement 1 % aux communes.

Ouvrir aux citoyens et aux communes…

Il est nécessaire d’inverser la logique et de mettre en place des dispositions obligeant les promoteurs à ouvrir le capital du projet éolien à d’autres participations. Les dispositions prévoiront que les promoteurs proposent aux communes et aux citoyens le co-développement du projet ou le rachat de permis et ce, dès la phase initiale du projet. Les promoteurs devront veiller à systématiquement présenter leur projet aux autorités communales le plus en amont possible de l’entame de la procédure de délivrance du permis. Enfin, il est également prévu la mise en place d’un facilitateur « participation citoyenne et locale ».

Publiés récemment

Espace membre Contactez-nous
Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge asbl – TVA : 0413204756 - Conditions d’utilisation et protection des données personnelles | 2015 - Webmade | Mise à jour : CCILB