Partager

BON A SAVOIR
Publié le 04 janvier 2021
BON A SAVOIR
Publié le 04 janvier 2021

Economie circulaire

Stratégie ambitieuse pour la Wallonie…

Baptisé « Circular Wallonia », l’engagement wallon en matière d’économie circulaire s’inscrit dans la volonté des Autorités wallonnes de relancer l’économie par tous les moyens à sa disposition. Explications…

Cet été, le Gouvernement de Wallonie a validé, en 1re lecture, sa stratégie de déploiement de l’économie circulaire. Cette fois, on peut même parler de vision puisqu’il est prévu de coordonner l’ensemble des initiatives et produits (Plan wallon des déchets- essources, Green Deal Achats Circulaires, formations, site www.economiecirculaire.wallonie. be, chèques économie circulaire…) pour en faire une vraie dynamique au service du renouveau économique wallon.

Compétitivité et emplois

Interrogé sur le sujet, le Ministre wallon de l’Economie, Willy Borsus, parle même de transition vers une économie circulaire qui doit permettre à la Wallonie de renforcer sa compétitivité et de créer des emplois, tout en répondant aux enjeux environnementaux. Faisant référence à la pandémie mondiale que nous traversons, il a même mis en exergue la vulnérabilité de notre économie face à des éléments externes liés à la mondialisation des chaînes de valeur.

En lien avec la politique régionale…

D’un point de vue général, la stratégie wallonne s’inscrit en tout cas pleinement dans les « objectifs de développement durable » adoptés par les Nations unies, ainsi que dans les termes de la Déclaration de politique régionale 2019-2024, qui prévoit d’inscrire la Wallonie - et l’ensemble de ses activités économiques - dans une approche d’économie circulaire. On se rappellera que le Gouvernement, en début de législature, a précisé que l’une des ambitions wallonnes en matières économiques était de réduire les déchets et les coûts qui y sont liés… et de créer de l’emploi et de l’activité innovante en Wallonie.

Projet économique et sociétal

Notons encore que nos Autorités voient dans cette transition une vraie opportunité qui est à la fois économique et sociétale, une dynamique systémique qui engage la participation du plus grand nombre, si pas carrément de tous les citoyens. La stratégie a donc été construite en intégrant des préoccupations économiques, sociales et environnementales et en suivant une démarche à la fois top-down et bottom-up.


D’où la stratégie qui nous occupe en ces lignes, dont les premiers travaux ont été amorcés début de l’année et qui devrait être approuvée pour fin 2020. Elle s’articule autour de cinq domaines :

Production et offre de biens et services : il s’agit notamment de la production et de l’offre de services au travers d’un approvisionnement durable en ressources qu’elles soient renouvelables ou non, de l’écoconception, du développement de la symbiose industrielle et de la mise en place de l’économie de la fonctionnalité.

Consommation et demande de biens et services : on pense ici notamment à la consommation responsable, à la consommation collaborative, à l’allongement de la durée d’usage (notamment le recours au réemploi et à la réparation), et aux changements de comportements.

Mobilisation des acteurs : On le sait la transition ne se fera pas sans les acteurs de terrain, leur implication est capitale, si pas indispensable, qu’il s’agisse du secteur public, des entreprises, des secteurs associatifs, des citoyens, des villes et des communes.

Gestion des déchets : On s’attache sur ce volet aux différentes stratégies de prévention et de gestion des déchets et matières, en se basant sur l’échelle de Lansik. Même si la production et la consommation responsables, ainsi que la gestion efficiente des sous-produits, sont de nature à limiter la production des déchets (prévention, réduction à la source), la gestion des déchets générés doit d’abord favoriser la valorisation de la matière (recyclage, compostage) et, à défaut, la valorisation énergétique.

Filières/chaînes de valeurs prioritaires : Sept chaînes de valeurs ont été identifiées comme prioritaires pour la Wallonie, elles devront être au coeur des réflexions et décisions, principalement la construction et les bâtiments, l’industrie alimentaire et les systèmes alimentaires, les matières plastiques, le transport, la métallurgie, l’eau et le textile.

Publiés récemment

Espace membre Contactez-nous
Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge asbl – TVA : 0413204756 - Conditions d’utilisation et protection des données personnelles | 2015 - Webmade | Mise à jour : CCILB