Partager

ICI ET AILLEURS
Publié le 20 novembre 2020
ICI ET AILLEURS
Publié le 20 novembre 2020

Willy Borsus, le Ministre wallon de l’Economie, est une personne-clé de la relance post-covid en Wallonie…

Il nous a accordé un long entretien en cette période troublée...

Fin mai, alors que nous sortions du confinement, la Wallonie, à l’instar du reste du pays et même du monde tout entier, pensait en avoir fini avec le virus. Certes, d’aucuns évoquaient une possible deuxième vague… mais l’ivresse d’un retour à la vie normale rassurait les plus inquiets. La seule inconnue était alors de voir quand et comment se réapproprier nos relations sociales, notre liberté d’aller et venir, notre approche culturelle, bref notre vie d’avant. Et puis, chacun pensait aussi à relancer la machine. Sauf que, depuis, tout a basculé. Et la reconstruction paraît moins simple, alors que la situation sanitaire reste - ou redevient – préoccupante ! Maintenant, nous finirons bien par nous débarrasser de ce satané virus, que l’on passe par l’immunité collective, par le vaccin salvateur, ou que l’on attende que la virulence de l’agression virale fléchisse, diminue, disparaisse. Et qu’importe que ce soit début 2021, fin 2021 ou mi-2022… il nous faudra alors relancer la machine, reprendre le chemin de nos vies, recouvrer l’histoire là où nous l’avons interrompue. On laissera sans doute, et c’est bien triste, des indépendants, des entrepreneurs et des projets sur le carreau… mais on repartira. Nos aïeux, à travers les siècles, se sont relevés des maux qui les ont touchés, y compris au sortir de conflits qui ont laissé des pays ravagés, des territoires totalement anéantis. Ce n’est donc pas le covid - bien que virulent ! - qui va détruire ce qui a été bâti. Mais nier que nos économies ont été touchées et que cette crise a fait des dégâts - certains parlent de plaies béantes qui mettront des années à cicatriser - serait à la fois idiot et irréaliste. Nous avons croisé le fer avec le Ministre wallon de l’Economie, Willy Borsus, il a répondu à nos questions quant à la relance dont on parle tant… Interview !

Entreprendre : Monsieur le Ministre, Monsieur Borsus, commençons par le commencement : comment se porte l’économie wallonne ?

Willy Borsus : Tout d’abord, quelques constats chiffrés. Ces dernières années, les tendances wallonnes étaient globalement positives. Le taux d’emploi était en progression depuis 2017 (63,2 % en 2017, 63,7 % en 2018 et 64,6 % en 2019). Les investissements étrangers ont enregistré, en 2019, des résultats records ; les plus élevés depuis 20 ans, avec 1.825.518.000 d’euros investis en Wallonie et pas moins de 2.875 emplois créés ! Même constat au niveau du montant des exportations wallonnes qui s’élèvait à 49,2 milliards d’euros en 2019, ce qui constitue un record absolu en termes de valeur exportée annuelle. Exprimé en pourcentage, cela équivaut à une croissance dynamique de 11,2 % par rapport à 2018. Cette progression à deux chiffres de notre commerce extérieur représente la plus forte augmentation annuelle depuis 2010 qui avait vu nos exportations s’accroître de 13 %. Les chiffres le démontrent, cette tendance était donc résolument positive. Au-delà des chiffres, nous constatons aussi une belle dynamique en Wallonie, avec de nouvelles entreprises qui ont vu le jour, de belles ‘success stories’ qui ont émergé, notamment dans des secteurs très porteurs comme les biotechs, le pharma, l’aéronautique ou l’agro-alimentaire, entre autres boostés par une politique des pôles efficiente. En parallèle, un paysage de start-up s’est progressivement constitué et installé dans notre région.

EA : Ça, Monsieur le Ministre, c’était avant le mois de mars, la photographie était plutôt positive… Et où en est-on aujourd’hui ?

Willy Borsus : La Wallonie, n’a pas échappé à la crise mondiale liée au Covid-19. Son impact économique ne peut pas encore être précisément chiffré à ce stade, de façon fiable et sûre, mais nous savons qu’il sera conséquent. En juin, la Banque nationale prévoyait une récession de l’ordre de 9 % en 2020, suivie d’une reprise de 6 % en 2021. Par ailleurs, le FMI prévoit une contraction de 8,3 % du PIB belge en 2020, avant une hausse attendue à 5,4 % en 2021. Si cette prévision se confirme, la Belgique ferait moins bien que l'Allemagne (-6 % du PIB attendu en 2020, + 4,2% en 2021), mais mieux que la France (-9,8 % en 2020, +6 % en 2021). En 2019, le PIB belge avait connu une croissance de 1,4 % ! Il est clair que les défis sont et seront donc immenses dans les mois et années à venir, mais nous sommes, avec tout le Gouvernement de Wallonie, au coeur du combat en faveur de la relance de l’économie wallonne.

EA : Quid maintenant du terrain, du plancher des vaches ? Comment vont nos indépendants, nos patrons ?

Willy Borsus : Avant la crise, nous avions observé un nombre record d’indépendants en Wallonie (306.516 indépendants, aidants compris, dont 62,1 % en activité principale et 26,8 % en activité complémentaire). Aujourd’hui, le paysage de nos entreprises est fortement contrasté. Certains secteurs se portent bien, certains - minoritaires - ont même vu leurs activités croître (c’est le cas du bricolage, de l’alimentation…) mais, malheureusement, de très nombreux autres secteurs ont fortement souffert et souffrent encore. La prolongation de la crise va, par ailleurs, affecter encore plus durablement la situation financière de certaines entreprises dans les secteurs les plus touchés, les contraignant à réduire l’embauche et leurs investissements.

EA : Le Gouvernement garde quand même un cap…

Willy Borsus : Nous sommes - et serons évidemment - à leurs côtés pour les aider à traverser cette crise, à travers nos aides directes, à travers nos mesures de relance, mais également à travers l’accompagnement de nos outils économiques wallons (SRIW, SOWALFIN, SOGEPA). Je tiens à souligner également qu’une centaine d’entreprises wallonnes se sont mobilisées, en plein coeur de la pandémie, pour développer des produits et solutions pratiques pour lutter contre la Covid-19, pour pallier la pénurie mondiale de matériel médical, ou pour proposer des solutions innovantes en termes de logistique ou de numérique. Cette crise aura mis en évidence l’agilité et la réactivité des entreprises. C’est un atout indéniable pour une relance économique. 

EA : La prise en charge du Covid, via les mesures utiles que la Wallonie a prises au plus fort de la crise, et encore par la suite d’ailleurs, aura des retombées inévitables sur les finances wallonnes à moyen et long termes. Quels sont, dans ces conditions, vos leviers pour la relance nécessaire ?

Willy Borsus : En effet, pour soutenir nos entreprises, nos PME et nos indépendants, les pouvoirs publics ont dû largement répondre présents. Il en est de notre devoir et de notre responsabilité ! Nous avons mis en place des indemnités compensatoires de 5 types, nous avons également mobilisé les outils économiques wallons pour mettre en place un soutien financier sous forme de garanties et de prêts, et nous avons développé des produits, comme le « prêt ricochet » (422 entreprises soutenues), le prêt « coup de pouce » nouvelle formule et le dispositif « Ré-Action » de la SOGEPA, notamment pris en charge sur le terrain par les Chambres de commerce wallonnes pour les entreprises de moins de dix personnes, pour les TPE en difficultés (533 dossiers d’accompagnement introduits). L’intervention massive des pouvoirs publics avait pour objectif de tenter d’absorber le premier choc de la crise, elle a donc évidemment un impact sur nos finances publiques. Selon le Bureau du Plan, le PIB aurait diminué de 10,3 % en région wallonne. Les pertes d’emploi restent encore relativement « limitées » en 2020, grâce au chômage temporaire et aux mesures fédérales et régionales.

EA : Là, on parle essentiellement du court terme. Quid à plus long terme ?

Willy Borsus : Le Gouvernement veut permettre à notre région de se relever au plus vite. C’est pourquoi nous avons lancé une vaste stratégie : « Get up Wallonia ! », dont l’objectif est de créer une dynamique pour dessiner l’avenir de la Wallonie. À travers « Get up Wallonia ! », nous entendons gérer l’urgence ; diminuer au maximum les impacts économiques et sociaux de la crise ; relancer l’activité socio-économique et renforcer la résilience de notre tissu économique et sa capacité à relever de nouveaux défis. Le Gouvernement souhaite donner des orientations économiques nouvelles au regard des enseignements tirés de la crise, notamment en plaçant la priorité sur des investissements stratégiques et/ou structurants centrés sur l’entreprise et sur la politique industrielle. Dans l’immédiat, il apparaissait - et apparaît toujours - nécessaire de prendre des mesures urgentes de soutien aux entreprises qui ont dû faire face à une chute dramatique de leur chiffre d’affaires afin de relancer l’économie wallonne. Ainsi, il convient notamment d’aider les entreprises wallonnes à surmonter la crise, en ayant une attention particulière pour les indépendants et les PME, créateurs de valeur ajoutée et d’emplois ; de permettre aux entreprises de rétablir au plus vite un niveau d’activité, d’innovation en R&D et d’exportation; de valoriser les atouts notamment de l’économie circulaire, des circuits courts, du numérique, de l’économie sociale et de l’entrepreneuriat coopératif ; d’octroyer des aides aux entreprises en encourageant la transformation d’activités économiques pour les rendre toujours plus innovantes ; de recourir aux investissements et marchés publics comme contributeurs de redéploiement…

EA : Le ‘droit passerelle’, à l’échelle fédérale, et les primes compensatoires wallonnes sont bien des sommes versées par l’Etat et La Wallonie qui sont taxables ?

Willy Borsus : En l’occurrence, les montants du ‘droit passerelle’, dans le cadre de la crise du Coronavirus ou du ‘droit passerelle’ de soutien à la reprise (1.291,69 euros ou 1.614,10 euros en fonction de la charge de famille), sont en effet des montants bruts avant imposition, ce dispositif étant assimilé à un revenu. Par contre, les indemnités octroyées en Wallonie sont quant à elles totalement exonérées d’impôt.

EA : Financièrement, la Wallonie a largement dû mobiliser des sommes qu’elle n’avait pas. De toute évidence, on ne pourra donc faire tout ce que l’on prévoit pour relancer la dynamique économique. Et on ne pourra certainement pas relancer au-dessus de nos moyens. Quel est votre avis sur le sujet ?

Willy Borsus : Ce que je peux indiquer avec certitude, c’est que le maximum est mis en oeuvre pour soutenir nos entreprises. Depuis le début de la crise, le Gouvernement wallon applique une logique évidente, celle de faire passer l’urgence en priorité… et de répondre à celle-ci en faisant preuve d’une rigueur absolue de gestion. La résurgence de la pandémie et les mesures prises encore dernièrement par le Comité de Concertation pour y répondre nous obligent à assurer rapidement un appui financier pour les secteurs les plus impactés. Tous les articles budgétaires ont donc été analysés afin de dégager les moyens nécessaires. Chaque montant non-engagé et non-essentiel a directement été versé dans cette nouvelle enveloppe globale. 

EA : À ce sujet, justement, on connaît le coût de cette politique de relance ?

Willy Borsus : Déjà, un plan de relance est indispensable ! Pour ce qui est de l’ordre de grandeur, on parlait, à la fin de l’été, de 50 milliards globalement, de l’ordre de 10 % du PIB belge. Au niveau wallon, la relance n’a pas encore été chiffrée, car les 3 task- forces thématiques sont en cours, mais notre objectif est de mobiliser au maximum les moyens wallons en faveur de notre économie en utilisant également le soutien européen.

EA : Et en parlant encore de la relance, alors que le Covid reste, semble-t-il, toujours bien présent… avez-vous déjà un calendrier en tête ?

Willy Borsus : Pour ce qui est du timing, nous devons agir vite. Les task-forces thématiques se réunissent jusque fin décembre… pour aboutir à un plan ambitieux début 2021. Cependant, nous sommes encore dans une phase où nous devons gérer l’urgence sanitaire et humaine, tout en évitant que l’économie ne se déstructure complètement.

EA : Plus concrètement, elle consistera en quoi cette politique de relance économique ? Comment allez-vous agir et comment les acteurs de terrain, à savoir les entrepreneurs, verront-ils un changement ?

Willy Borsus : Notre stratégie repose sur plusieurs axes… Un 1er axe est de renforcer le tissu économique wallon et de favoriser son développement, via le soutien aux investissements publics et privés. L’investissement est moteur d’activité. Il est de nature à réalimenter la dynamique économique. Nous voulons renforcer les chaînes de valeur prioritaires et identifier les projets économiques concrets de relance et de redéploiement à court terme. Nous actionnerons à cette fin les leviers de financement wallon et européen. Un 2e axe est le soutien à la recherche et l’innovation dans les secteurs publics et privés. Cet axe de relance doit être mené en bonne coordination avec la réflexion déjà entamée sur le renouvellement de la stratégie de spécialisation intelligente (S3) qui vise notamment à identifier des domaines d’innovation stratégiques. Une attention particulière doit être accordée à la formation dans les filières scientifiques (les STEM), mais également à la manière de capter les talents et, surtout, de les conserver, afin d’éviter la « fuite des cerveaux ».

EA : Quoi d’autre…

Willy Borsus : Aider les entreprises à développer leur digitalisation pour les rendre les plus résilientes possibles pour faire mieux face aux crises est également primordial. La connectivité locale, la transition digitale, l’industrie 4.0… Il s’agit là d’un axe important dans nos pistes de travail. Ajoutons le besoin d’améliorer le niveau de compétence des Wallonnes et des Wallons qui est également un axe fort de notre stratégie : nous devons développer l’alternance afin qu’elle soit davantage en lien avec les besoins du marché de nos entreprises, mais aussi continuer à développer l’esprit d’entreprendre. Nous travaillons également sur la transition vers une économie durable, notamment sur base de la stratégie ‘Circular Wallonia’. Il s’agit d’exploiter le potentiel de l’économie circulaire pour relancer l’économie suite à la crise en créant de l’emploi (majoritairement non délocalisable), en augmentant la compétitivité des entreprises wallonnes, en améliorant la résilience de la Région face aux crises environnementales et sanitaires grâce à une plus grande indépendance en termes de ressources… 

EA : La Wallonie compte aussi faciliter les procédures administratives trop lourdes…

Willy Borsus : Nous y travaillons déjà… mais nous irons plus loin, que ce soit dans l’accélération des procédures administratives ou dans la simplification des structures et outils, dans un objectif business-friendly et selon le principe du only-once (étendre l’efficacité des administrations grâce au numérique : les autorités publiques peuvent authentifier ou vérifier des informations et les citoyens et entreprises ne sont plus sollicités inutilement dans des démarches administratives). Enfin, nous travaillons ardemment sur la reconversion d’anciens sites actuellement en friche. Nous veillerons à augmenter l’attractivité du territoire, en recréant des disponibilités de terrains pour l’activité économique, par notamment la reconversion de 100 hectares par an. Une autre leçon à tirer de la crise sanitaire et, plus précisément, de l’épisode de pénurie de masques, c’est qu’il existe aujourd’hui une volonté forte de réduire notre dépendance. Nous devons donc mettre l’accent sur la relocalisation, mais de manière réfléchie, en ciblant des secteurs stratégiques : équipements médicaux, santé, alimentation, énergie, réseau de communication…

EA : Votre stratégie va plutôt être d’aider, via des mécanismes compensatoires ou de nouvelles aides publiques, ou allez-vous prendre une autre voie, par exemple en choisissant de supprimer des taxes et des impôts ?

Willy Borsus : Je suis totalement opposé à toute nouvelle forme d’imposition ou de taxation. Pour aller encore plus loin, je soutiens leur levée temporaire, ce qui, en combinaison avec les autres mesures, participe à soulager les entrepreneurs. Mais, évidemment, la situation budgétaire doit nous inviter à la prudence. Le Gouvernement de Wallonie vient par ailleurs de décider de mesures de soutien complémentaires. Beaucoup d'indépendants, de PME, d'acteurs de l'horeca, de l'événementiel, des voyagistes, des commerçants ambulants, et d'autres secteurs sont lourdement frappés par les mesures de sécurité sanitaire. Je le dis et le répète, nous devons les soutenir sans réserve, c'est notre devoir, notre responsabilité. Au total, ce sont donc 154,4 millions supplémentaires que le Gouvernement mobilise pour cette nouvelle vague d’aides wallonnes. Faites le compte, nous avons mobilisé plus de 662 millions d’euros de soutien !

EA : Les patrons que nous rencontrons craignent pour le devenir de leurs outils, mais ils sont très pragmatiques. Que répondez- vous à ceux qui ont peur de voir encore  naître des usines à gaz, alors qu’ils attendent simplement des mécanismes susceptibles de répondre à leurs besoins immédiats ?

Willy Borsus : Il y a bien entendu les mesures d’urgences, rapides et directes. Et puis, le plus long terme avec cette relance ! Mais je veux être rassurant, notre volonté est d’aller vite… car c’est maintenant que les entreprises ont besoin d’une Région forte, pour les soutenir dans leur rebond. Par ailleurs, le chantier de la simplification des structures figure sur ma table de travail…

EA : Comment allez-vous faire pour endiguer les faillites que l’on attend, que l’on suppute ?

Willy Borsus : Rappelons, ici, les différents outils qui peuvent aider nos entreprises, à côté des aides directes, comme le dispositif Ré-Action de la SOGEPA - auquel sont associées les Chambres de commerce wallonnes, je le répète - qui accompagne et soutient les entrepreneurs de moins de 10 personnes qui rencontrent des difficultés ; comme aussi le « prêt ricochet » qui permet, pour une petite entreprise qui s'adresse à une banque afin d'obtenir un crédit destiné à faire face aux conséquences de la Covid- 9, de combiner une garantie de la SOWALFIN de maximum 75 % sur le crédit bancaire envisagé de maximum 30.000 euros, avec un prêt subordonné SOWALFIN de maximum 15.000 euros à taux 0 %. Ainsi, le financement total de l'entreprise peut atteindre 45.000 euros ; comme, enfin, le prêt « Coup de pouce », qui a été remodelé et qui permet aux particuliers de prêter de l’argent aux entreprises et aux indépendants, pour financer leurs activités. Ils reçoivent, en contrepartie, un avantage fiscal qui prend la forme d’un crédit d’impôt annuel qui s’élève à 4 % pendant les quatre premières années, puis 2,5 % sur les éventuelles années suivantes.

EA : Rien d’autre…

Willy Borsus : Si, trois députés ont déposé, le 10 juin dernier, une proposition de loi visant à aider les entrepreneurs en difficulté, en facilitant l’accès à la procédure en réorganisation judiciaire (PRJ), afin d’apporter un meilleur remède que le moratoire sur les faillites. La proposition suit bel et bien son cours. Par comparaison avec la PRJ actuelle, elle prévoit une procédure peu coûteuse, plus simple, plus rapide et discrète pour obtenir des délais de paiement auprès du tribunal. Enfin, notre pays doit transposer aussi vite que possible la directive européenne du 20 juin 2019 relative aux cadres de restructuration préventive, à la remise de dettes et aux déchéances, et aux mesures à prendre pour augmenter l’efficacité des procédures. Elle exige aussi la mise en place de ‘systèmes d’alerte précoces’, prévoyant la prise de mesures préventives bien plus tôt que dans les procédures d’alarme existantes en Belgique. Mais plus globalement, grâce au concours de toutes et tous, nous voulons contribuer à restaurer cette confiance indispensable à la relance, à la consommation, aux investissements.

EA : Dans ces conditions, et reparlant ici des transferts nord-sud qui décroissent, la Wallonie a-t-elle encore un avenir ? Et, si oui, lequel ?

Willy Borsus : Oui, définitivement oui, la Wallonie a un avenir. Mais il est aussi clair qu’il y a des échéances proches importantes : prochaine période des fonds structurels européens (durant laquelle votre province sera éligible), les autres leviers de financement européen (next generation EU), Green Deal, la dégressivité de la solidarité financière à partir de 2024. Il est clair que, pour y arriver, la Wallonie devra faire des choix, décider de changements parfois importants, rationnaliser ses structures et avoir de l’audace. Mais la volonté est indubitablement présente en Wallonie et en votre province.

Propos recueillis par Christophe Hay à la mi-octobre

Version pdf de l'article

Publiés récemment

Espace membre Contactez-nous
Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge asbl – TVA : 0413204756 - Conditions d’utilisation et protection des données personnelles | 2015 - Webmade | Mise à jour : CCILB