Partager

BON A SAVOIR
Publié le 10 novembre 2020
BON A SAVOIR
Publié le 10 novembre 2020

Mesures sur les coûts salariaux et les investissements...

L’Etat fédéral entend maintenant passer à l’offensive dans son soutien aux entreprises !

Au milieu de l’été, toujours en lien avec la situation économique catastrophique découlant de la pandémie de Covid-19, l’Etat fédéral s’est prononcé en faveur du sauvetage et de la protection des entreprises.

Du coup, un nouveau volet de mesures de crise (au plan fiscal) a été mis en place. Il y aura, entre autres, une réduction des coûts salariaux pour les entreprises gravement touchées et une déduction majorée pour investissements.

Pousser les investissements…

On le sait, bien qu’aujourd’hui un très grand nombre d’entreprises ait redémarré, nombre d’entre elles sont – demeurent - toujours confrontées à un chiffre d'affaires plus faible qu’avant le Covid. Aussi, afin de soutenir davantage l'emploi dans les secteurs durement touchés, les coûts salariaux pour les mois de juin, juillet et août 2020 ont réduits. Les entreprises qui ont fait appel au chômage technique ces derniers mois n'ont eu à payer que la moitié de la retenue d'impôt à la source pour les mois de juin, juillet et août (par rapport au mois de mai). Cela devrait sans doute donner aux employeurs une plus grande marge de manoeuvre financière. L'enveloppe totale sur le sujet frôle, diton, les 460 millions d'euros, ce qui n’est assurément pas rien !

Impulsion à l'investissement

Maintenant, quid de nos investissements… qui sont quand même le nerf de la guerre au plan économique ? Selon nos Autorités, une augmentation unique de la déduction pour investissement pouvant aller jusqu'à 25 % devrait empêcher les PME et les indépendants de renoncer aux investissements prévus. Dont acte ! L’impulsion de l’Etat va donc être donnée. Et une entreprise qui aura investi en 2020 pourra déduire, en plus de ses amortissements, 25 % des investissements de sa base imposable. En outre, le stock de la déduction majorée pour investissements de 20 %, constitué au cours de l'exercice 2019, sera également transférable pendant deux ans au lieu d'un an seulement.

‘Tax shelter Covid’

En sus, une extension du ‘tax shelter’ actuel pour les startup et les scale-up permettra également de soutenir les investissements dans le capital des PME. Pour rappel, ce mécanisme existant, et couronné de succès, qui a été lancé il y a cinq ans sera désormais également accessible aux PME affectées par le Covid-19. Les directeurs de PME pourront également l'utiliser.

Abolition de l'avance pour le mois de décembre

Enfin, l'avance fiscale pour le mois de décembre, qui représente généralement un très lourd fardeau  financier pour de nombreuses entreprises, ne sera pas requise cette année. En outre, le projet de loi contient un certain nombre d'exemptions fiscales. La déductibilité des frais de réception est passé de 50 % à 100 %. En plus, les dons aux institutions reconnues donnent droit à une réduction d'impôt de 60 % et un mécanisme est mis place pour exonérer de taxe les chèques consommation.

Publiés récemment

Espace membre Contactez-nous
Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge asbl – TVA : 0413204756 - Conditions d’utilisation et protection des données personnelles | 2015 - Webmade | Mise à jour : CCILB