Partager

INTERNATIONAL
Publié le 13 février 2020
INTERNATIONAL
Publié le 13 février 2020

Douane

Et si vous preniez (enfin) votre sort entre vos mains…

En matières douanières, beaucoup d’entreprises se disent souvent peu informées, peu au courant des bonnes manières de procéder. Résultat : certaines perdent sans doute de l’argent et, surtout, risquent d’en perdre plus encore à l’avenir. Le seul (bon) conseil à donner sur le sujet est d’abord de s’informer, de se former… et, évidemment, de prendre les décisions stratégiques qui s’imposent. Explications…

On ne va pas se mentir, ce qui touche à la douane est complexe. Peu de formations qualifiantes existent d’ailleurs, obligeant les uns et les autres à se débrouiller seuls. Il en résulte que, dans les entreprises qui travaillent sur les marchés extérieurs, les ‘responsables formalités’ import/export ont donc le plus souvent appris sur le tas, avec des collègues ou en expérimentant selon la méthode essais-erreurs. Certains, un peu plus intéressés ou volontaires, ont éventuellement suivi une formation de base chez nous, à la Chambre de commerce, des cursus d’initiation généralement complétés de manière empirique en regard de leur secteur, leurs modes de transport et les flux de marchandises… Malheureusement, comme ces gens sont aussi très souvent débordés, les nouveautés ou spécificités leur passent parfois au-dessus de la tête. Beaucoup d’entreprises ont, en outre, avec le temps, purement et simplement, externalisé cette matière, n’y voyant pas de valeur ajoutée mais plutôt une charge supplémentaire.

(R)évolution…

Sauf que le manque d’information quant aux évolutions de cette matière importante, et surtout ses impacts sonnants et trébuchants, fait certainement perdre de l’argent à bon nombre de structures. Mais revenons un peu en arrière… avec ce petit historique rapide qui devrait vous permettre de (re)cadrer le contexte. Rappelez-vous, le nouveau Code des Douanes de l’Union (CDU) est officiellement entré en vigueur en mai 2016. Pour ‘faire’ très très simplifié, on y retrouve notamment des changements de terminologie, de nouvelles règles (en matière d’origine, de délais, de régimes particuliers…), une digitalisation progressive et, surtout, une révision de l’AEO (Authorised Economic Operator). Et ça, c’est une fameuse (r)évolution !

Mieux former pour mieux informer !

Concrètement, l’Administration des Douanes & Accises, soucieuse de bien informer les entreprises des changements qui se mettent en place au fur et à mesure, a créé un forum national, puis, récemment, un forum régional (à Liège, dont nous dépendons). Ces forums, où sont présents Administration et entreprises, ainsi que votre CCI, sont des lieux de concertation, éventuellement assortis de groupes de travail qui n’ont d’autre but que de faire évoluer la connaissance mais aussi les procédures de terrain. Un des chantiers est notamment la Customs & Trade law Academy (HEC/ULiège) qui organise déjà des formations poussées, voire expertes, en matières douanières, et vise, à terme, la création d’un bachelier, voire même d’un master en douane…

Bien faire ou ne pas faire !

La Chambre de commerce du Luxembourg belge s’est déjà portée candidate pour co-organiser certaines formations de manière décentralisée si plusieurs entreprises sont amenées à devoir former l’un ou l’autre membre de leur personnel en interne. Et, bien sûr, nous sommes toujours à votre disposition pour mettre en place des formations de base (plus courtes). Car c’est un des enjeux de demain ! L’Administration des Douanes & Accises - inspirée par le CDU et ce qu’il exige - a clairement annoncé la couleur sur le sujet en disant que les entreprises ne pourront plus, demain, faire de l’à-peuprès ou à moitié. Ou bien elles formeront du personnel et s’intéresseront à la certification AEO (et surtout, feront les démarches pour l’obtenir !), ou bien elles devront complètement sous-traiter cette matière (et, avec le Brexit, les agences en douanes risquent clairement d’être surchargées !).

Toujours plus cher

Au risque encore, notamment, de payer des garanties beaucoup plus élevées ! C’est d’ailleurs déjà une certitude puisque, dès janvier 2020, de nouveaux taux seront appliqués, des montants qui, soulignons-le, désavantageront clairement les entreprises qui ne sont pas AEO. Mais là n’est pas la seule conséquence de l’ignorance des entreprises quant à cette matière puisqu’il nous faut rappeler qu’indépendamment de cette certification, des régimes douaniers simplifiés peuvent toujours réduire les coûts des entreprises. Maintenant, pour les demander, il faut être au courant que cela existe et, donc, avoir un minimum de connaissances en interne ! Pensez-y, ça peut rapporter…

Publiés récemment

Espace membre Contactez-nous
Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge asbl – TVA : 0413204756 - Conditions d’utilisation et protection des données personnelles | 2015 - Webmade | Mise à jour : CCILB