Partager

CHRONIQUE ASSUREUR
Publié le 03 février 2020
CHRONIQUE ASSUREUR
Publié le 03 février 2020

Une « casse » machine peut avoir des conséquences financières importantes - majeures ? - pour votre entreprise !

Y avez-vous déjà réfléchi ?

Quel que soit votre domaine, votre métier, il est évident que votre entreprise est largement dépendante de machines et outils - certes robustes… mais pas incassables - qui lui permettent de mettre en oeuvre ses compétences et savoir-faire. Qu’il s’agisse d’engins de chantier ou d’éléments de ligne de production, voire d’ordinateurs et autres appareillages électroniques en tous genres, toutes les entreprises sont en effet dépendantes du matériel qui supplée le travail de leurs collaborateurs. Mais rien n’est éternel…

Et un bris de machine, ça arrive ! Ça arrive même tous les jours. Parfois, la casse n’est qu’une simple peccadille qui se répare dans l’heure et facilement, parfois pourtant celle-ci peut être plus importante ou irréversible, ce qui aura à coup sûr des répercutions financières pour l'entreprise. Ce qui nous mène à préciser qu’aucune machine, même la plus chère ou la plus récente, n'est à l'abri d’une quelconque casse. La règle, en l’espèce, c’est de réagir promptement… et de (faire) réparer. Sauf que ça coûte et que tous les bris ne sont pas réparables. En tout état de cause, il y aura dépense ! La question qui se pose : êtes-vous assuré pour cela ? Le plus souvent, pour les machines simples, une assurance incendie ordinaire suffit. En revanche, les machines plus coûteuses et aux réglages complexes nécessitent généralement une couverture spécifique, à savoir une assurance bris de machine. Ça vous parle ?

Qu'entend-on exactement par bris de machine ?

Le bris de machine désigne les dommages matériels imprévisibles et soudains que peut subir votre matériel. Trois causes majeures sont identifiées pour les caractériser, les premières sont humaines, les deuxièmes sont internes et les dernières sont externes. Rayon causes humaines, on pointera essentiellement des comportements d’utilisateurs, comme la maladresse, la négligence occasionnelle, l'inexpérience, le vandalisme, la malveillance... du personnel ou de tiers. Parlant des causes internes, on relèvera principalement les incidents propres au fonctionnement de la machine, laquelle peut s'enrayer, s'échauffer, surchauffer. Certaines pièces peuvent aussi se détacher, il peut y avoir une fatigue du métal... mais il se pourrait également que des défauts de construction ou d'assemblage soient à l'origine de la défaillance. Quant aux causes externes, vous vous en doutez, et c’est souvent le cas en matière d’assurance, on relèvera des événements et phénomènes naturels, c’est ici qu'on répertoriera la foudre, l'orage, le gel, les dégâts des eaux... mais, bien sûr aussi, l'incendie, les dommages causés par les conflits au travail, le terrorisme, le vol, les chutes, les heurts...

Comment se prémunir contre un tel risque ?

Sans surprise, l’adage ‘mieux vaut prévenir que guérir’ prend ici tout son sens. La première protection contre les désagréments d'un bris de machine est en effet d’accorder de l’attention à la prévention. Il se dit même qu’un bon plan de prévention réduira au maximum la fréquence et l'ampleur des dommages éventuels. Un tel plan prévoit l'utilisation des machines conformément aux prescriptions du constructeur, mais il prévoit également la formation et la responsabilisation des travailleurs amenés à travailler avec une machine. Il prend également en compte le niveau de sensibilité du matériel à l'humidité, à la poussière, au gel... Mais, hélas, on ne peut rien faire contre la casse !

En plus du plan de prévention : l’assurance bris de machine !

C’est pourquoi l’assurance bris de machine a été pensée et est proposée, chaque souscripteur s'assurant contre les conséquences financières de la nécessité de réparer ou de remplacer ses machines endommagées. Cette assurance constitue, à en croire les professionnels, le complément idéal de l’assurance incendie, ne serait-ce déjà que parce qu’elle permet le plus souvent de poursuivre les activités en cas de sinistre. Concrètement, on soulignera que la police qui nous occupe couvre tant les machines fixes que les mobiles, à l'intérieur comme à l'extérieur des bâtiments, et même pendant le transport.

Et encore…

Par ailleurs, en plus des garanties de base, une bonne assurance bris de machine prévoit également le remboursement d'un certain nombre de frais supplémentaires susceptibles de découler directement d'un sinistre assuré. Un sinistre peut, par exemple, nécessiter la prestation d'heures supplémentaires afin de rattraper le temps perdu, ou le recours à des techniciens venus de l'étranger pour régler correctement les machines. Pour que la machine soit à nouveau opérationnelle dans les plus brefs délais, un transport accéléré des composants et pièces de remplacement nécessaires peut être souhaitable. La chute d'une machine peut avoir endommagé les fondations ou le socle sur lequel elle reposait. Il peut aussi arriver que la machine doive être considérée en “perte totale” et que les décombres doivent être évacués. Aux frais de démolition et d'évacuation s'ajoutent également les frais de reconstruction...

Mais…

Les machines mobiles qui se trouvent à l'extérieur des bâtiments de l'entreprise sont normalement exclues de la couverture contre le vol. Une garantie optionnelle peut cependant être souscrite… Autre cas, vous pouvez également faire assurer vos machines mobiles contre les dommages pendant le transport, le chargement et le déchargement, le montage et/ou le démontage. Pour les machines roulantes, comme les bulldozers et les grues, il est par contre préférable de souscrire une assurance omnium.

Exclusions !

Attention toutefois que certains dommages sont exclus de cette assurance tous terrains. On pense à ceux causés à certaines parties de la machine, notamment aux outils interchangeables dont la durée de vie est limitée, de même que les dommages à des parties qui, en raison de leur nature, sont soumises à une usure accélérée, les parties en verre, les formes, les matrices, les lettres, les clichés... Sont également exclus ceux qui résultent de l'utilisation d'une machine lors d'expérimentations ou d'essais, ou liés au maintien ou à la remise en service d'une machine défectueuse ou endommagée, résultant de la mise en service après une réparation incomplète ou fautive, causés par l'usure... Sont également exclus de la couverture, les dommages progressifs causés par l'action d'agents destructeurs. Par contre, les dommages soudains imprévisibles dus à une cause qui s'est manifestée progressivement, mais qui n'a pu être constatée, telle la fatigue du métal, sont quant à eux assurés.

En collaboration avec Rudy Bauvir, Président Feprabel - Luxembourg

FEPRABEL


LE CONSEIL DU COURTIER FEPRABEL

En tant qu'entreprise, si vous souhaitez bénéficier d'une protection complète contre les conséquences d'un bris de machine, il peut être utile d'envisager, en plus, la souscription d'une assurance perte d'exploitation après bris de machine. Une telle assurance couvre la perte d'exploitation consécutive à un bris de machine. Faites régulièrement, avec votre courtier, un « état des lieux » de votre parc machines. Evaluez avec lui la nécessité, ou pas, de couvrir les machines, en n’oubliant jamais que la durée de vie d’une machine n’est pas forcément liée à son amortissement comptable !

Publiés récemment

Espace membre Contactez-nous
Chambre de commerce et d’industrie du Luxembourg belge asbl – TVA : 0413204756 - Conditions d’utilisation et protection des données personnelles | 2015 - Webmade | Mise à jour : CCILB